CHRONIQUES : GÉNÉRAL - POLITIQUE DE CONCURRENCE - MODERNISATION

Politique européenne de concurrence : Le Sénat français apporte sa contribution aux nombreux débats sur la nature et les objectifs de la politique européenne de la concurrence, et propose plusieurs axes de réforme

Nous vivons une époque formidable. Certes, l’affirmation peut surprendre voire choquer, en ces temps troublés sur les plans sanitaires et économiques, mais pour qui s’intéresse aux fondements et finalités du droit européen de la concurrence, la période est passionnante. On ne compte plus les travaux qui s’interrogent sur la notion de “fairness” en droit de la concurrence, sur la poursuite par le droit de la concurrence d’objectifs traditionnellement considérés comme échappant à son horizon (égalité des genres, protection de l’environnement, bien-être animal), sur l’étroitesse supposée du concept de “consumer welfare”, etc. Partout se multiplient les appels à une réforme, plus ou moins vaste, du droit de la concurrence, qu’il s’agisse d’en questionner les fondements mêmes ou, plus modestement, pour en réformer

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteur

  • DS Avocats (Paris)

Citation

Michel Debroux, Politique européenne de concurrence : Le Sénat français apporte sa contribution aux nombreux débats sur la nature et les objectifs de la politique européenne de la concurrence, et propose plusieurs axes de réforme, 8 juillet 2020, Concurrences N° 4-2020, Art. N° 97467, pp. 120-121

Visites 82

Toutes les revues