INTERVIEW : AUTORITÉ DE RÉGULATION - JEUX EN LIGNE - OFFRE ILLÉGALE - SANTÉ PUBLIQUE

Charles Coppolani (ARJEL) : La régulation des jeux en ligne – 10 ans après

Charles Coppolani, Président de l’Autorité de régulation des jeux en ligne, dresse un bilan de la libéralisation des jeux de hasard et s’exprime sur la privatisation de la Française des jeux.

Interview réalisée par Pauline de Lanzac, Associée, Latournerie Wolfrom Avocats, Paris.

En 2010, le secteur des jeux de hasard a été partiellement libéralisé avec l’autorisation du poker, des paris sportifs et des paris hippiques en ligne, et l’ouverture de ces jeux à la concurrence. En fait de libéralisation, il s’agissait plutôt de la régularisation d’une situation de fait qui s’était installée depuis plusieurs années. Quel bilan tirez-vous de cette presque décennie de concurrence ? L’offre illégale est-elle désormais maîtrisée ? La lutte contre l’offre illégale est en effet en grande partie à l’origine de la loi du 12 mai 2010 et de la création de l’ARJEL. En autorisant en ligne ces trois segments de jeu, le législateur avait l’objectif de faire basculer dans un cadre légal et régulé une offre illégale en ligne, prolifique alors que totalement prohibée sur le marché français. Ainsi, tout en

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteurs

  • French Online Gambling Regulatory Authority (Paris)
  • Latournerie Wolfrom Avocats (Paris)

Citation

Charles Coppolani, Pauline de Lanzac, Charles Coppolani (ARJEL) : La régulation des jeux en ligne – 10 ans après, novembre 2019, Concurrences N° 4-2019, Art. N° 91839, pp. 14-18

Visites 495

Toutes les revues