CHRONIQUES : CONCENTRATIONS - UNION EUROPÉENNE - INTERDICTION

Interdiction : La Commission européenne interdit un projet d’acquisition sur le marché des trains à très grande vitesse et des systèmes de signalisation ferroviaires (Siemens / Alstom)

Tant a été dit, tant a été écrit sur l’interdiction de la fusion envisagée entre Alstom et Siemens. Faut-il y revenir encore ? Il ne s’agit pas de reprendre les discussions ferventes et passionnantes suscitées par cette affaire sur l’articulation entre droit de la concurrence et politique industrielle (voir en particulier le numéro spécial de Concurrences, 'Which competition and industrial policies for the new EU Commission after Siemens/Alstom ?', On-Topic, N° 2-2019 et le rapport de l’Inspection générale des finances 'La politique de la concurrence et les intérêts stratégiques de l’UE', Anne Perrot et al., avril 2019). L’actualité, dans cette affaire, c'est la version publique de la décision Siemens / Alstom est désormais disponible sur le site de la Commission européenne. Il est temps de porter un

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteur

Citation

Jean-Mathieu Cot, Interdiction : La Commission européenne interdit un projet d’acquisition sur le marché des trains à très grande vitesse et des systèmes de signalisation ferroviaires (Siemens / Alstom), 6 février 2019, Concurrences N° 4-2019, Art. N° 92268, pp. 125-128

Visites 301

Toutes les revues