Petit manuel irrévérencieux d’économie, Emmanuel COMBE

Emmanuel Combe

Cette rubrique recense et commente les ouvrages et autres publications en droit de la concurrence, droit & économie de la concurrence et en droit de la régulation. Une telle recension ne peut par nature être exhaustive et se limite donc à présenter quelques publications récentes dans ces matières. Auteurs et éditeurs peuvent envoyer les ouvrages à l’intention du responsable de cette rubrique : stephane.rodrigues-domingues@univ-paris1.fr

Sous une plume aiguisée, parfois piquante, Emmanuel Combe offre dans son Petit manuel (irrévérencieux) d’économie une lecture ludique et souvent pleine d’humour des principaux mécanismes économiques. A partir d’exemples concrets et, pour la plupart, très récents, l’auteur s’attaque en particulier à certaines idées reçues bien ancrées dans notre imaginaire malgré la démonstration scientifique de leur inexactitude ou de leur ambivalence : la contradiction supposée entre service public et concurrence ou l’idée que l’encadrement des prix favorise nécessairement le pouvoir d’achat, pour ne citer que celles-là. L’ouverture du marché des liaisons longue distance par autocar, la mise en concurrence du ferroviaire, la plus libre installation des notaires décidée par la loi « Macron » du 6 août 2015, l’arrivée des VTC sur le marché des transports routiers urbains ou le low-cost dans le transport aérien sont autant d’exemples auxquels Emmanuel Combe a recours pour revenir sur les mécanismes complexes de la croissance économique, de la formation des prix et du rôle de l’Etat dans le fonctionnement des marchés. Ce faisant l’auteur offre à ses lecteurs des clés de compréhension accessibles à tous et se livre à un exercice de pédagogie bienvenu en mettant au jour les rouages de nos économies contemporaines globalisées.

En particulier, Emmanuel Combe s’appuie sur les recherches approfondies qu’il a menées sur les cartels et le low-cost pour faire ressortir les fondements du principe de libre concurrence, ses avantages autant que ses inconvénients. La mise en œuvre du principe de libre concurrence, tant sur le marché national qu’au niveau international et globalisé, induit en effet un continuel renouvellement des acteurs et des produits. C’est la « destruction créatrice » visée par Joseph Schumpeter, cette capacité de certains acteurs, nouveaux ou pas, à faire naître de nouvelles conditions sur un marché donné au point de concurrencer les acteurs déjà existants qui vont devoir accepter de s’adapter ou disparaître. Cette lutte mène à l’établissement d’un nouvel équilibre, qui sera lui aussi, à terme, déstabilisé par l’essor de nouveaux acteurs, de nouvelles procédures ou de nouveaux produits.

Ces transitions d’un équilibre à l’autre ont toujours existé. Mais il y a, dans toute nouveauté, une part de disruption qui déstabilise les principes de l’ordre établi et peut faire germer l’inquiétude quant au futur, en particulier pour les personnes déjà installées – les insiders – directement affectées par l’innovation et l’arrivée de nouveaux entrants. Ce constat vaut en matière économique, comme dans tout domaine de la vie publique. En permettant l’entrée de nouveaux acteurs économiques remettant en cause les positions acquises par les acteurs existants, le principe de libre concurrence souffre de cette même suspicion et crise de légitimité. Il revient donc aux dirigeants publics, autant qu’aux économistes, d’expliquer les ressorts de ces transitions en mettant l’accent sur les gains de long terme pour tous et non pas seulement sur les pertes à court terme subies par certains.

En France plus qu’ailleurs, cet exercice pédagogique, réalisé avec finesse et clarté par Emmanuel Combe, est nécessaire. Car si les Français plébiscitent la concurrence comme consommateurs, ils la craignent comme salariés et doutent de sa pertinence en tant que citoyens. La liberté du marché est toujours une promesse en cours de devenir et c’est la force de l’ouvrage d’Emmanuel Combe que de mettre en évidence les perspectives ouvertes par la libre concurrence, tout en soulignant l’importance pour l’Etat de maintenir une régulation efficace. L’auteur souligne ainsi les effets parfois contre-intuitifs de certains comportements économiques comme le protectionnisme, la connivence entre l’Etat et certains acteurs ou la multiplication de règles souvent bureaucratiques pour « mieux partager la valeur ». Fondés sur un discours politique se voulant protecteur, ces comportements aboutissent en réalité à réduire le pouvoir d’achat des consommateurs en bridant l’offre et donc en augmentant les prix. La liberté du marché doit toutefois être accompagnée d’un cadre juridique clair et explicite, fixé par l’Etat, aux fins d’éviter que certains acteurs ne bénéficient d’avantages indus obtenus par le contournement des règles fiscales, du droit du travail ou de celui de la consommation.

Il y a dans ce « petit » manuel d’économie, un travail d’explication et de démonstration indispensable visant à faire mieux comprendre les ressorts du fonctionnement de l’économie et les conséquences de la libre concurrence, notamment pour le pouvoir d’achat des consommateurs et l’emploi mais aussi pour une vraie redistribution des chances au profit de la jeunesse. C’est par un tel discours de vérité, qui peut parfois paraître insolent de simplicité, qu’Emmanuel Combe entend faire progresser la connaissance de l’économie au sein d’un public le plus large possible. « L’irrévérence est parallèle à l’esprit de critique » nous disait Gustave Flaubert. Ce n’est pas Emmanuel Combe qui le contredira.

Version PDF

Auteur

  • French State Council (Paris)

Citation

Bruno Lasserre, Petit manuel irrévérencieux d’économie, Emmanuel COMBE, novembre 2018, Concurrences N° 4-2018, Art. N° 88310, p. 245

Éditeur Concurrences

Date 1er octobre 2018

Nombre de pages 261

Visites 122

Toutes les revues

Acheter