DROIT ET ECONOMIE : ANALYSE ÉCONOMIQUE – SONDAGE – AUTORITÉ DE CONCURRENCE - OFFRE - DEMANDE - DÉFINITION DU MARCHÉ

Sondages dans les analyses concurrentielles

Les sondages sont de plus en plus souvent reconnus comme des éléments d’analyse objectifs et fiables par les autorités de concurrence. Cet article présente le principe et les applications dans les analyses concurrentielles d’un type particulier de sondage appelé "analyse conjointe". L’analyse conjointe est une technique d’évaluation de la disposition à payer de consommateurs ou d’entreprises pour chacune des composantes constitutives d’un produit. Elle combine l’utilisation de sondages et de modèles économétriques d’estimation de la demande. Ainsi, contrairement aux sondages classiques qui ne permettent d’apprécier que les préférences déclarées des individus dans un nombre limité de situations particulières, l’analyse conjointe vise à estimer la structure de leur demande ce qui permet d’étudier leurs comportements d’achat dans un très grand nombre de situations observées ou hypothétiques. De plus, le recueil des données de sondage pour une analyse conjointe est réalisé dans des conditions proches d’une situation réelle d’achat ce qui permet de limiter le risque d’inadéquation entre les déclarations des individus interrogés et leurs comportements réels d’achat. L’analyse conjointe permet ainsi de mener de nombreuses analyses économiques dans le cadre de l’examen d’une opération de concentration ou d’une pratique anticoncurrentielle qui sont discutées dans cet article.

Introduction 1. Les sondages font partie des éléments susceptibles d’être pris en compte par les autorités de concurrence dans leurs décisions notamment en matière de contrôle des concentrations. Ils sont en effet susceptibles de fournir des indications fiables sur le fonctionnement économique d’un marché et en particulier sur sa demande. 2. Ainsi, dans la décision no 16-DCC-111 du 27 juillet 2016 relative à la prise de contrôle exclusif de Darty par la Fnac, l’Autorité de la concurrence indique qu’elle s’est notamment fondée sur deux sondages [1], dont l’un avait été mené de manière collaborative entre la partie notifiante et les services d’instruction. Ce sondage avait pour objectif d’“évaluer les reports de demande (ʻratios de diversion’)” [2] dans plusieurs scenarii. Ces ratios de diversion ont ensuite

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteur

  • Extent Economics (Paris)

Citation

Romain De Nijs, Sondages dans les analyses concurrentielles, novembre 2016, Revue Concurrences Nº 4-2016, Art. N° 81848, www.concurrences.com

Visites 498

Toutes les revues