COLLOQUE : 10 ANS D’APPLICATION DU REGLEMENT 1/2003 - RESEAUX DE COOPERATION - PETITS ETATS - TABLE RONDE 4

La position de petits États parmi les réseaux internationaux de concurrence : Expériences et perspectives (10 ans d’application du règlement 1/2003 et de la loi luxembourgeoise relative à la concurrence, Luxembourg-Kirchberg, 6 juin 2014)

La table ronde a mis en exergue l’importance des réseaux de coopération internationaux pour les petits Etats aux moyens réduits. Elle est introduite par une illustration du coût de la non-concurrence pour une entreprise allemande et est suivie d’ un état des lieux du développement des réseaux de coopération à différents niveaux géographiques.

Introduction Pierre RAUCHS Président du Conseil de la concurrence, Luxembourg 1. Le Conseil de la concurrence du Luxembourg est une toute petite structure composée de quatre conseillers, de deux enquêteurs et d’un greffier. Dans son évaluation du programme national de réforme et du programme de stabilité 2013 du Luxembourg, la Commission européenne fait remarquer que “l’application effective des règles de concurrence serait renforcée si elle disposait d’un personnel plus important” [1]. Ce que la Commission écrit à propos de l’application des règles de concurrence vaut évidemment aussi pour sa participation active dans les nombreux réseaux de coopération, en premier lieu l’ECN (European Competition Network), mais aussi le réseau ICN (International Competition Network), qui est l’association des

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteurs

Citation

Pierre Rauchs, Christopher Rother, La position de petits États parmi les réseaux internationaux de concurrence : Expériences et perspectives (10 ans d’application du règlement 1/2003 et de la loi luxembourgeoise relative à la concurrence, Luxembourg-Kirchberg, 6 juin 2014), décembre 2014, Concurrences N° 4-2014, Art. N° 69645, pp. 54-74

Visites 305

Toutes les revues