CHRONIQUES : CONCENTRATIONS - AUTORISATION SOUS RESERVE D’ENGAGEMENTS

Autorisation conditionnelle : La Commission européenne autorise une concentration sous réserve d’engagements en raison d’effets non-coordonnés peu définis (Kuraray / GLSV Business)

Confrontée à une réduction de quatre à trois concurrents ou, pire, de trois à deux concurrents, une autorité de la concurrence doit se montrer vigilante. Ces évolutions de marché, plus souvent désignées en anglais comme des “four to three” ou “three to two” – plus rarement appelé en français dans le texte des “quatre-à-trois” ou des “trois-à-deux” – ont pour conséquence la création d’un triopole ou, plus grave encore, d’un duopole. Lorsque l’on en est à ce niveau de concentration, la disparition d’un acteur peut certainement modifier la dynamique du marché. Si cette évolution de la structure du marché est inquiétante pour le fonctionnement du marché, et cela est effectivement parfois le cas, encore faut-il que l’autorité de la concurrence saisie en précise clairement les raisons. C’est ce qui ne nous apparait pas

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteurs

Citation

Jean-Mathieu Cot, Alice Blanchet, Autorisation conditionnelle : La Commission européenne autorise une concentration sous réserve d’engagements en raison d’effets non-coordonnés peu définis (Kuraray / GLSV Business), 29 avril 2014, Concurrences N° 4-2014, Art. N° 69960, pp. 173-174

Visites 232

Toutes les revues