CHRONIQUE : POSITION DOMINANTE COLLECTIVE - REPRESAILLES - EFFETS SUR LA CONCURRENCE

Position dominante collective : Le Conseil de la concurrence rend une décision relative à des pratiques mises en oeuvre dans le secteur de la publicité cinématographique (Circuit A/Screenvision, Mediavision)

Le Conseil de la concurrence a rendu le 28 juin 2006 une décision n° 06-D-18 relative à des pratiques mises en oeuvre dans le secteur de la publicité cinématographique, décision intéressante à plus d'un titre. Il a donc identifié dans cette affaire une position dominante collective sur les marchés de la régie publicitaire cinématographique nationale sans pour autant relever d'abus du chef des duopoleurs. S'agissant en premier lieu de la position dominante collective, le Conseil a rappelé que l'existence de liens structurels entre des entreprises d'une part, tels que des liens en capital ou encore des accords formalisés entre elles, et l'adoption d'une ligne commune d'action sur le marché d'autre part, suffisent à démontrer l'existence d'une position de dominance collective. Quoiqu'il ait retenu que

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteur

  • L’actu-concurrence (Paris)

Citation

Alain Ronzano, Position dominante collective : Le Conseil de la concurrence rend une décision relative à des pratiques mises en oeuvre dans le secteur de la publicité cinématographique (Circuit A/Screenvision, Mediavision), 28 juin 2006, Revue Concurrences N° 4-2006, Art. N° 54903, www.concurrences.com

Visites 83

Toutes les revues