CHRONIQUE : CONCENTRATION - ANNULATION - POSITION DOMINANTE COLLECTIVE

Position dominante collective : Le TPICE annule la décision de la Commission autorisant une concentration entre des majors de la musique pour n’avoir pas pleinement pris en compte le risque lié à l’existence d’une position dominante collective (Sony Music, BMG)

Nouveau revers pour la Commission en matière de contrôle des concentrations. Mais cette fois-ci, le Tribunal de première instance des Communautés européennes ne reproche pas à la Commission d'avoir interdit une opération de rapprochement entre entreprises, mais d'avoir, par une décision du 18 juillet 2004, déclaré la concentration Sony Music/BMG compatible avec le marché commun en dépit des risques de renforcement d'une position dominante collective sur le marché de la musique

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteur

  • L’actu-concurrence (Paris)

Citation

Alain Ronzano, Position dominante collective : Le TPICE annule la décision de la Commission autorisant une concentration entre des majors de la musique pour n’avoir pas pleinement pris en compte le risque lié à l’existence d’une position dominante collective (Sony Music, BMG), 13 juillet 2006, Revue Concurrences N° 4-2006, Art. N° 55479, www.concurrences.com

Visites 47

Toutes les revues