DROIT ET ÉCONOMIE : CONCENTRATIONS - EFFETS SUR LA CONCURRENCE - SUBSTITUABILITÉ

Measuring unilateral effects under data scarcity : A merger case in South Africa

Dans cet article, nous utilisons une configuration de produits différenciés pour évaluer l’impact sur la concurrence d’une fusion entre Greif et Rheem Afrique du Sud. Les deux parties sont actives dans le secteur des produits d’emballage industriel. Les activités des parties se chevauchent, entre autres, dans la production de grands fûts en acier. Notre analyse suggère qu’il y a un faible degré de substituabilité entre les grands fûts en acier et les autres produits sur le marché. C’est pourquoi nous axons notre appréciation concurrentielle sur les effets unilatéraux des grands fûts en acier. Nous nous appuyons sur un nombre limité de données relativement élevées pour parvenir à des conclusions solides sur les effets unilatéraux que la concentration induirait. Nous étudions ces effets unilatéraux à l’aide de deux outils empiriques, la pression à la hausse sur les prix (UPP) et l’indice brut de pression à la hausse sur les prix (GUPPI). Ces deux mesures sont complémentaires pour évaluer le préjudice concurrentiel que la fusion pourrait induire. L’UPP nettoie l’incitation à augmenter les prix en raison d’une concurrence moindre avec l’incitation à réduire les prix en raison de coûts marginaux plus faibles. Le GUPPI se concentre sur l’incitation à augmenter les prix après la fusion et est lié à la définition du marché que les autorités de la concurrence utilisent pour définir le marché en cause. À notre connaissance, ce document constitue la première application sur le continent africain d’une telle analyse empirique. Nous calculons ces deux mesures à la suite de la conclusion du Tribunal. Nous concluons que tant UPP que GUPPI signalent systématiquement que la fusion créerait de fortes incitations à augmenter les prix.

I. Introduction 1. The difficulty to obtain detailed data in developing countries is considered an obstacle for the implementation of an effect-based competition policy. In this paper, we show how elsewhere widespread empirical analyses can be transposed to the context of data scarcity in a merger. By means of a simple differentiated-products oligopoly model, we rely on a limited amount of relatively high-level data to arrive to robust conclusions on the unilateral effects that a merger would induce. 2. To our knowledge, this paper provides the first application in the African continent of such empirical analysis. Practitioners (such as competition lawyers and economists) have an interest in monitoring how the use of these tools evolves in areas where they have recently been

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteurs

  • Toulouse School of Economics
  • University of Witwatersrand (Johannesburg)
  • European University Institute (Florence)

Citation

Marc Ivaldi, Liberty Mncube, Marina Sánchez del Villar, Measuring unilateral effects under data scarcity : A merger case in South Africa, septembre 2020, Concurrences N° 3-2020, Art. N° 95907, www.concurrences.com

Visites 1361

Toutes les revues