CHRONIQUES : MISE EN CONCURRENCE – DOMAINE PUBLIC – CONTRAT DE MOBILIER URBAIN – CONCESSION DE SERVICE NON PUBLIC

Concession de service non public : Le Conseil d’État confirme la requalification des contrats de mobilier urbain en concessions de service non public (Girod Média)

La nouvelle définition du contrat de concession, issue de l’ordonnance du 29 janvier 2016, permet aujourd’hui de requalifier certains contrats jusqu’alors identifiés comme des conventions d’occupation domaniale ou des marchés publics. Le Conseil d’État confirme ainsi que les contrats de mobilier urbain sont des concessions de service non public dont la passation relève des procédures prévues par l’ordonnance du 29 janvier 2016. Etait en cause en l’espèce un contrat de mobilier urbain à l’économie on ne peut plus classique. Le contrat litigieux avait pour objet l’installation, l’exploitation, la maintenance et l’entretien de mobiliers urbains destinés notamment à l’information municipale. Le titulaire du contrat devait assurer ces prestations à titre gratuit et était rémunéré par

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteur

  • University Paris Nanterre

Citation

Arnaud Sée, Concession de service non public : Le Conseil d’État confirme la requalification des contrats de mobilier urbain en concessions de service non public (Girod Média), 25 mai 2018, Concurrences N° 3-2018, Art. N° 87822, p. 190

Visites 210

Toutes les revues