CHRONIQUES : PRATIQUES COMMERCIALES DÉLOYALES – PRATIQUES RESTRICTIVES DE CONCURRENCE – CLAUSES ABUSIVES – CLAUSE DESEQUILIBRE – SANCTION – NULLITE

Nullité : La Cour de cassation considère que la demande en nullité d’une clause pour déséquilibre significatif est fondée de manière inopérante sur l’article L. 442-6 C. com. (Nord Toitures / SCT)

Voici un arrêt non publié de la Cour de cassation qui, l’air de rien, semble avoir tranché, pour la première fois, l’une des grandes questions relatives au régime de l’article L. 442-6, I, 2° C. com. En l’espèce, une société avait souscrit auprès d’un opérateur en téléphonie à destination de professionnels un contrat portant sur un service de téléphonie fixe et de raccordement direct. Reprochant à l’opérateur de n’avoir pas réalisé le raccordement, la société cliente avait résilié le contrat, avant de se rétracter. Refusant d’y donner suite, l’opérateur l’avait finalement assignée en paiement d’une facture au titre de l’indemnité de résiliation du

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteur

  • University of Aix-Marseille

Citation

Frédéric Buy, Nullité : La Cour de cassation considère que la demande en nullité d’une clause pour déséquilibre significatif est fondée de manière inopérante sur l’article L. 442-6 C. com. (Nord Toitures / SCT), 24 mai 2017, Concurrences N° 3-2017, Art. N° 84501, pp. 94-95

Visites 342

Toutes les revues