CONFERENCE : NEW FRONTIERS OF ANTITRUST - TABLE RONDE 4 - DROIT DE LA CONCURRENCE - ANALYSE ECONOMIQUE

Law & Economics : Why bother with economists ? (New Frontiers of Antitrust, 15 juin 2015, Paris)

"L’économisation" du droit de la concurrence est une réalité depuis maintenant plus de vingt ans. L’objectif de cette 4ème table, qui avait pour thème « Faut-il brûler les économistes ? » n’était pas de remettre en cause la nécessité de l’analyse économique en droit de la concurrence, mais de débattre des problèmes, souvent pratiques, soulevés par l’intervention des économistes, principalement dans le traitement des cas individuels.

Introduction Laurence Idot [1] Professeur, Université Panthéon-Assas (Paris II), Membre, Collège de l’Autorité de la concurrence, Paris 1. Le sujet de cette dernière table ronde – du moins l’intitulé choisi pour la version française, est pour le moins provocateur : Faut-il brûler les économistes ? La version anglaise – Why bother with economists ?, littéralement “Pourquoi se donner de la peine avec les économistes ?” – l’est un peu moins. Quoi qu’il en soit, le point de départ reste le même. Même si compte tenu de son objet, le droit de la concurrence a toujours été un droit économique, de nombreux auteurs s’accordent à reconnaître que l’une des évolutions majeures des dernières années est “l’économisation” – pardonnez-moi pour le néologisme, mais qui est utilisé par des auteurs éminents [2] – du droit de la

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteurs

  • Freshfields Bruckhaus Deringer (Paris)
  • University Paris II Panthéon‑Assas
  • General Court of the European Union (Luxembourg)

Citation

Jérôme Philippe, Laurence Idot, Marc van der Woude, Law & Economics : Why bother with economists ? (New Frontiers of Antitrust, 15 juin 2015, Paris), septembre 2015, Concurrences N° 3-2015, Art. N° 74831, www.concurrences.com

Visites 789

Toutes les revues