HORIZONS : COMESA - COMMISSION DE LA CONCURRENCE - DEBUT DES OPERATIONS - ROLE

Crossing the competition rubicon : Internationalising African antitrust through COMESA

Les publications en droit de la concurrence étaient en effervescence avec « COMESA » ces derniers mois. Pourtant ni l’organisation pan-africaine, ni ses règlements concurrence ne sont nouveaux. Ce qu’il y a de nouveau, c’est que la Commission de la Concurrence du COMESA a finalement — et tout à coup — ouvert ses portes et a commencé ses opérations, ayant déjà examiné deux dossiers de fusion. Cet article examine les avantages économiques qu’offre COMESA pour la région, il analyse son rôle en tant qu’organe d’exécution multinational, et il identifie les pièges dont devra faire face la CCC durant sa première année.

1. The Common Market for Eastern and Southern Africa has recently grabbed international legal headlines. Its acronymic title, COMESA, now firmly features in the awareness of most competition lawyers. The organisation is not new, however, nor are its Competition Rules and Regulations. The multi-national body itself dates back at least twenty years, and the Regulations were finalised and (technically) entered into force in 2004. 2. Why all the ruckus in 2013 then ? The reason is straight-forward : Antitrust law does not self-execute. It needs an enforcer, public or private. That enforcement agency now exists. I. Alea iacta est : A new supranational competition authority is born 3. For the past decade of the Competition Regulations’ theoretical existence, they dwelled in the nether

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteurs

  • Primerio (Johannesburg)
  • Primerio (Washington)

Citation

John Oxenham, Andreas Stargard, Crossing the competition rubicon : Internationalising African antitrust through COMESA, septembre 2013, Concurrences N° 3-2013, Art. N° 53006, p. 198

Visites 582

Toutes les revues