DROIT & ECONOMIE : CONCENTRATIONS - PRODUITS DIFFERENCIES - DEFINITION DU MARCHE - APPRECIATION DES EFFETS - TEST FARRELL SHAPIRO - TEST UPP

Les oligopoles à produits différenciés

L’évaluation des effets sur la concurrence d’une concentration entre entreprises fournissant des produits différenciés est complexe et ce n’est pas tant la définition du marché ni la position des parties qui importent que la capacité de la nouvelle entité à accroître ses prix de manière profitable. L’analyse traditionnelle, qui repose sur une observation des indices de concentration des marchés, connaît ainsi certaines limites, qui conduisent naturellement à réfléchir à des méthodes complémentaires, voire alternatives, d’appréciation des effets d’une opération. Les économistes Joseph Farrell and Carl Shapiro ont proposé un nouveau test simple pour réaliser une évaluation préliminaire permettant de déterminer si une concentration envisagée entre concurrents est susceptible de réduire la concurrence et, dès lors, de mener à des prix plus élevés. Ce test, dit “upward pricing pressure” (“UPP”, pression sur les prix à la hausse), n’est pas fondé sur un indice de concentration, mais sur une analyse des prix. Cette proposition est intéressante en ce qu’elle contribue à mettre en avant les difficultés du contrôle actuel des concentrations face à des marchés aux contours qui ne se laissent pas aisément “capturer”. Pour autant, ces difficultés sont inhérentes au contrôle et le test de Farrell et Shapiro ne semble pas aboutir à une simplification suffisamment importante pour justifier de l’adopter dans le contexte européen. Leur méthode a des limites, suscite de nombreuses interrogations et présente des inconvénients. Elle semble enfin essentiellement animée par la volonté de “simplifier le travail” des autorités de contrôle, sans doute au détriment des opérateurs du marché.

Les oligopoles à produits différenciésPropos introductifs Thibaud Vergé Chef économiste de l'Autorité de la concurrence 1. Les modèles de concurrence imparfaite développés par les économistes français Joseph Bertrand (1883) et Antoine-Augustin Cournot (1838) ont permis de s'éloigner des modèles de “concurrence pure et parfaite” qui supposaient que les entreprises étaient toutes “preneuses de prix” plutôt que “faiseuses de prix”. Ces modèles qui ont permis une première analyse des situations de concurrence imparfaite et d'interactions stratégiques entre entreprises (les décisions d'une entreprise ayant un impact sur les profits - et donc ultimement sur les décisions - de ses concurrentes) génèrent toutefois certains résultats assez peu conformes aux observations réelles. Par exemple, les modèles de

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteurs

Citation

Olivier Fréget, Charlotte Beauchataud, Thibaud Vergé, Jeanne Lubek, Les oligopoles à produits différenciés, septembre 2010, Concurrences N° 3-2010, Art. N° 31856, www.concurrences.com

Visites 3000

Toutes les revues