CHRONIQUES : PROCÉDURE - PRESCRIPTION - INTERRUPTION - ACTES INTERRUPTIFS

Audition : La Cour d’appel de Paris énonce qu’une lettre de convocation à une audition n’interromp pas nécessairement la prescription (DBS SAS)

CA Paris, 1ère ch. H, 23 mai 2006, Société DBS SAS et a., contre déc. n° 05-D-51, aff. dite du Parlement de Strasbourg Par une décision n° 05-D-51, le Conseil de la concurrence avait sanctionné six entreprises pour des comportements d'entente mis en œuvre dans le cadre d'un appel d'offres pour la construction d'un hémicycle et de bureaux pour le Parlement européen de Strasbourg. L'une des parties en cause avait soutenu que la procédure était prescrite puisque le cours de la prescription n'avait pas pu être interrompu par une lettre du rapporteur convoquant son dirigeant pour une audition, cette audition n'ayant pas eu lieu, sans que cela n'empêche la poursuite. Le Conseil a rejeté cette argumentation en retenant que si l'audition n'avait pas eu lieu c'était du seul fait de la carence de la personne

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteur

Citation

Valérie Michel-Amsellem, Audition : La Cour d’appel de Paris énonce qu’une lettre de convocation à une audition n’interromp pas nécessairement la prescription (DBS SAS), 23 mai 2006, Concurrences N° 3-2006, Art. N° 12100, p. 139

Visites 4574

Toutes les revues