CHRONIQUES : PROCÉDURES - INVESTIGATIONS - SANCTIONS - NÉCESSITÉ DES DÉLITS ET DES PEINES

Sanctions : Le Conseil constitutionnel déclare inconstitutionnelles les dispositions du second alinéa du paragraphe V de l’article L. 464-2 C. com. sanctionnant des pratiques d’obstruction à l’investigation ou à l’instruction (Brenntag, Akka Technologies)

Saisie par la Cour de cassation d'une question prioritaire de constitutionnalité [“QPC”] formulée par le groupe Akka, le Conseil constitutionnel a adopté le 26 mars 2021, une décision aux termes de laquelle il déclare l'article L. 464-2, paragraphe V, alinéa 2 C. com., dans sa rédaction résultant de l'ordonnance n° 2017-303 du 9 mars 2017, non conforme à la Constitution en ce qu'il méconnait le principe de nécessité et de proportionnalité des peines. Le contexte de la saisine du Conseil constitutionnel Pour mémoire, l'article L. 464-2, paragraphe V, alinéa 2 C. com. dispose que : “Lorsqu'une entreprise a fait obstruction à l'investigation ou à l'instruction, notamment en fournissant des renseignements incomplets ou inexacts, ou en communiquant des pièces incomplètes ou dénaturées, l'Autorité peut, à la

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteurs

  • University of Paris I Panthéon-Sorbonne
  • Ashurst (Paris)

Citation

Christophe Lemaire, Marie Florent, Sanctions : Le Conseil constitutionnel déclare inconstitutionnelles les dispositions du second alinéa du paragraphe V de l’article L. 464-2 C. com. sanctionnant des pratiques d’obstruction à l’investigation ou à l’instruction (Brenntag, Akka Technologies), 26 mars 2021, Concurrences N° 2-2021, Art. N° 100456, pp. 151-153

Visites 77

Toutes les revues