CHRONIQUES : AIDES D’ÉTAT - FRANCE - DÉCLARATION D’INVALIDITÉ - RÉCUPÉRATION

Récupération : Le Conseil d’État tire les conséquences de la déclaration d’invalidité par la Cour de justice de l’Union européenne d’une décision d’incompatibilité (Compagnie des pêches de Saint-Malo)

Par cinq arrêts en date du 30 décembre 2020, le Conseil d’État de France a signé l’épilogue de la saga des aides aux pêcheurs frappés par la catastrophe de l’Erika et par la tempête de 1999. Il a rejeté le pourvoi formé par le ministre de l’agriculture à l’encontre d’un arrêt de la cour administrative d’appel annulant un titre de perception formé à l’encontre d’entreprises. Était en cause en l’espèce l’allègement de cotisations salariales accordé par la France aux pêcheurs pour la période du 15 avril au 15 octobre 2000. Si la solution retenue est logique, l’affaire montre l’imbroglio juridictionnel que peut induire le private enforcement en droit des aides d’État. L’exécution de la décision de la Commission Afin de remédier aux dommages causés par le naufrage du navire Erika le 12 décembre 1999 et par la tempête des

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteur

  • University Paris II Panthéon‑Assas

Citation

Francesco Martucci, Récupération : Le Conseil d’État tire les conséquences de la déclaration d’invalidité par la Cour de justice de l’Union européenne d’une décision d’incompatibilité (Compagnie des pêches de Saint-Malo), 30 décembre 2020, Concurrences N° 2-2021, Art. N° 100296, pp. 144-145

Visites 54

Toutes les revues