ALERTES : ENTENTES – FRANCE – ALIMENTATION – CARTEL – DURÉE DE LA PARTICIPATION – COMPRÉHENSION DE LA PARTICIPATION

Cartel : La Cour de cassation valide le principe selon lequel, en participant à des réunions anticoncurrentielles sans se distancier publiquement de leur contenu, une entreprise donne à penser aux autres participants qu’elle souscrit aux résultats attendus de l’entente (Goodmills)

Hors la distanciation expresse de l’entente, point de salut ! Telle est en substance la réponse cinglante et, à la réflexion, bien peu motivée, que vient d’adresser la Chambre commerciale de la Cour de cassation à la faveur d'un arrêt rendu le 10 février 2021 dans l’affaire des farines à un meunier allemand, la société société GoodMills Deutschland GmbH, anciennement société VK-Mühlen AG, qui contestait, aux termes du pourvoi qu’elle avait formé contre l’arrêt de la Cour d’appel de Paris du 4 juillet 2019, la durée de sa participation au pacte de non-agression entre les meuniers français et allemands, sanctionné au titre du grief n° 1 par l’Autorité de la concurrence dans sa décision n° 12-D-09 rendue le 13 mars 2012. On se souvient que l'affaire avait débuté en mars 2008 à la suite d'une demande de clémence

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteur

  • L’actu-concurrence (Paris)

Citation

Alain Ronzano, Cartel : La Cour de cassation valide le principe selon lequel, en participant à des réunions anticoncurrentielles sans se distancier publiquement de leur contenu, une entreprise donne à penser aux autres participants qu’elle souscrit aux résultats attendus de l’entente (Goodmills), 10 février 2021, Concurrences N° 2-2021, Art. N° 99310, www.concurrences.com

Visites 376

Toutes les revues