CHRONIQUES : DISTRIBUTION - FRANCE - DISTRIBUTION SÉLECTIVE - REVENTE PARALLÈLE

Distribution sélective : La Cour d’appel de Rennes sanctionne un distributeur non agréé pour revente parallèle (Chanel / Ouest-SCS)

Entre 2008 et 2013, X. a acheté de nombreux produits cosmétiques CHANEL auprès d’un distributeur agréé, qu’elle a ensuite revendu à un franchisé de l’enseigne EASY CASH, spécialisée dans la revente de produits d’occasion. Un constat d’huissier établit que trois séries de produits acquis auprès de X. sont revendus par le franchisé : les premiers, portant la mention “échantillon gratuit – ne peut être vendu” ; les deuxièmes, usagés ou sans emballage ; les troisièmes, revendus à l’état neuf alors qu’ils mentionnaient ne pouvant être vendus que par un revendeur agréé CHANEL et que leurs étiquettes apposées par le franchisé indiquaient son prix de revente ainsi que celui du produit neuf. La société CHANEL assigne alors X. et le franchisé en usage illicite de marque et, pour le second, en parasitisme. La Cour écarte la

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteur

  • University of Montpellier

Citation

Nicolas Ferrier, Distribution sélective : La Cour d’appel de Rennes sanctionne un distributeur non agréé pour revente parallèle (Chanel / Ouest-SCS), 25 février 2020, Concurrences N° 2-2020, Art. N° 94395, pp. 99-101

Visites 114

Toutes les revues