ALERTES : PRATIQUES COMMERCIALES DÉLOYALES – RUPTURE BRUTALE DES RELATIONS COMMERCIALES ÉTABLIES

Rupture brutale : La Cour d’appel de Paris suggère qu’un appel d’offres artificiel écarte la brutalité de la rupture (Totem Menuiserie / Brico Dépôt)

Faits. En mars 2015, Brico Dépôt informe le fabricant qui le fournit en fenêtres et portes fenêtres en bois exotique depuis fin 2014, de la mise en place d’un appel d’offres et de la rupture à la même date, soit fin décembre 2015, du contrat d’approvisionnement qui les lie. Le distributeur a pu établir devant les juges, par un courriel émanant de son partenaire, qu’un tel appel d’offres avait été convenu dès la conclusion du premier contrat. Néanmoins, en novembre 2015, le distributeur informe son partenaire d'un retard dans la procédure d'examen de l'appel d'offres et reporte en conséquence le terme du préavis à la fin du mois d’avril 2016. Entre temps, Brico Dépôt informe son fournisseur que sa candidature n’est pas retenue. Ce dernier, doutant de la réalité de cette mise en concurrence, assigne le

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteur

Citation

Clémence Mouly-Guillemaud, Rupture brutale : La Cour d’appel de Paris suggère qu’un appel d’offres artificiel écarte la brutalité de la rupture (Totem Menuiserie / Brico Dépôt), 11 mars 2020, Concurrences N° 2-2020, Art. N° 95234, www.concurrences.com

Visites 107

Toutes les revues