PRATIQUES : FRANCE - CONTRÔLE DES CONCENTRATIONS - GUN JUMPING - AMENDE - ECHANGES D’INFORMATIONS SENSIBLES

Altice / Numericable : Did the French Competition Authority jump too far ?

La décision Altice/Numericable de l’Autorité de la concurrence est doublement marquante : il s’agit de l’amende la plus élevée jamais infligée par une autorité de concurrence dans une affaire de gun jumping (80 millions d’euros d’amende) et une des toutes premières décisions en Europe exposant les règles applicables aux relations entre un acquéreur et une société cible entre le signing et le closing d’une opération d’acquisition. La décision a suscité des inquiétudes sur certaines clauses standard des share purchase agreements et sur la composition des clean teams, mais l’Autorité s’est depuis employée à les apaiser.

I. Introduction 1. In November 2016, the French Competition Authority (“FCA”) fined French-based Altice/Numericable group and its recently-acquired telecom subsidiaries SFR and Virgin Mobile France for having coordinated their business strategies and commercial behaviour prior to merger control clearance in 2014. [1] 2. This decision is, in many respects, a landmark case. For the first time, the FCA adjudicated on a situation where, after due merger control notification of the contemplated transactions, the notifying party and the target companies “jumped the gun” by prematurely coordinating their strategic and commercial behaviour before obtaining FCA clearance. Neither the European Commission nor the FCA ever had the opportunity to rule on and sanction such conduct in the past. The

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteurs

  • Hogan Lovells (Paris)
  • Hogan Lovells (Paris)

Citation

Eric Paroche, Flora Oriot, Altice / Numericable : Did the French Competition Authority jump too far ?, mai 2017, Revue Concurrences N° 2-2017, Art. N° 83884, pp. 231-239

Visites 762

Toutes les revues