CONFÉRENCE : SÉMINAIRE NASSE - INNOVATION - ABUS DE POSITION DOMINANTE - POUVOIR DE MARCHÉ - INTÉGRATION VERTICALE

Concurrence et innovation (Séminaire Nasse - Paris, 19 janvier 2015)

Créé à la fin des années 1980 au sein de la Direction de la Prévision, le séminaire Philippe Nasse s’est d’abord appelé « séminaire d’économie industrielle » puis « séminaire Concurrence ». Il est, depuis quelques années, co-organisé par la DGTrésor et l’Autorité de la concurrence, d’abord sous le nom de séminaire « DGTPE-Concurrence » et enfin depuis janvier 2009 sous le nom actuel de « séminaire Philippe Nasse ». Le principe consiste à présenter et à confronter les points de vue d’un économiste et d’un juriste sur un sujet d’intérêt commun ayant trait aux questions de concurrence. De fait, le juge fait de plus en plus appel à l’économiste pour caractériser les atteintes à la concurrence et essayer d’en quantifier les effets, tandis que l’économiste doit prendre en compte un droit et une jurisprudence en plein développement dans son analyse du fonctionnement des marchés. Les séances réunissent donc un économiste et un juriste.

Lors du dernier séminaire, organisé le 19 janvier 2015, Jacques-Philippe Gunther (Avocat associé chez Willkie Farr & Gallagher LLP) et Patrick Rey (Professeur d’économie, Université de Toulouse et TSE) ont débattu sur le thème « concurrence et innovation ». La séance a été animée par Emmanuel Massé, Sous-directeur des politiques sectorielles à la Direction Générale du Trésor.

Introduction d’Emmanuel Massé Le sujet concurrence et innovation n’est pas a priori un sujet naturel. En général, lorsqu’on s’occupe d’innovation on ne s’occupe pas de concurrence, et réciproquement. L’objectif premier de la concurrence est d’améliorer le fonctionnement des marchés et cela ne touche pas directement l’innovation. A contrario, les politiques publiques de soutien à l’innovation n’utilisent pas la concurrence comme principal outil d’intervention. Si ce sujet « concurrence et innovation » n’est pas naturel à première vue, il suscite tout de même de nombreuses questions de la part des pouvoirs publics et des praticiens. Du point de vue des pouvoirs publics, deux grandes questions sont souvent abordées, d’une part celle des effets sur l’innovation des réformes proconcurrentielles et d’autre part,

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteurs

Citation

Jacques-Philippe Gunther, Patrick Rey, Emmanuel Massé, Concurrence et innovation (Séminaire Nasse - Paris, 19 janvier 2015), mai 2015, Revue Concurrences N° 2-2015, Art. N° 89113, www.concurrences.com

Visites 24

Toutes les revues