CHRONIQUES : CONCENTRATIONS - EFFETS UNILATERAUX

Acquisition par un concurrent : La Commission européenne constate que l’acquisition par un opérateur de son concurrent le plus proche sur certains marchés produit des effets unilatéraux anticoncurrentiels mais autorise l’opération sous conditions de cession de certaines marques incontournables (Kraft Foods/Cadbury)

Comm. eur., 6 janvier 2010, Kraft Foods/Cadbury, aff. COMP/M.5644 Il y a des produits pour lesquels les tests de marchés peuvent être plus éprouvants que d'autres. Pour bien apprécier les effets sur la concurrence de la prise de contrôle de Cadbury par Kraft Foods, la Commission européenne a examiné avec la plus grande attention toute une série de marchés relevant notamment de la catégorie des produits chocolatés, de la confiserie ainsi que d'autres produits d'épicerie sucrée. Ce sont certains produits à base de chocolat qui ont posé le plus de problèmes. Vu d'où nous écrivons, l'acquisition de Cadbury par Kraft Foods, c'est, en en France, la prise de contrôle du chocolat Poulain par Milka, Toblerone et Côte d'Or. L'affaire est sérieuse, mais Poulain, y compris “1848” qui est une marque dont la

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteurs

Citation

Jean-Mathieu Cot, Alice Blanchet, Acquisition par un concurrent : La Commission européenne constate que l’acquisition par un opérateur de son concurrent le plus proche sur certains marchés produit des effets unilatéraux anticoncurrentiels mais autorise l’opération sous conditions de cession de certaines marques incontournables (Kraft Foods/Cadbury), 6 janvier 2010, Concurrences N° 2-2010, Art. N° 31192, pp. 110-112

Visites 1844

Toutes les revues