CHRONIQUES : CONCENTRATIONS - UNION EUROPÉENNE - EFFETS CONGLOMÉRAUX - AUTORISATION SANS CONDITION

Autorisation sans condition : La Commission européenne publie la version non-confidentielle de la décision par laquelle elle a autorisé une fusion entre les deux plus gros fournisseurs mondiaux de verres correctifs et de lunettes de marque (Essilor / Luxottica)

Un an et demi, c’est le temps qu’il aura fallu pour que soit publiée la décision de la Commission européenne ayant autorisé, au terme d’une phase 2 et sans condition de remède, le rapprochement entre deux acteurs majeurs de l’optique, l’italien Luxottica, fournisseur de montures de lunettes de vue et de solaires, qui détient notamment les marques Ray-Ban, Oakley et Persol, et le français Essilor, fabricant de verres correctifs et notamment à l’origine des premiers verres progressifs pour la presbytie (sous la marque Varilux). L’intégration verticale des deux leaders mondiaux des montures et des verres était de nature à soulever plusieurs préoccupations de concurrence, qui ont, sans surprise, conduit la Commission à ouvrir un examen approfondi, afin notamment d’analyser la probabilité d’une stratégie

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteurs

Citation

François Brunet, Céline Verney, Autorisation sans condition : La Commission européenne publie la version non-confidentielle de la décision par laquelle elle a autorisé une fusion entre les deux plus gros fournisseurs mondiaux de verres correctifs et de lunettes de marque (Essilor / Luxottica), 1er mars 2018, Concurrences N° 1-2021, Art. N° 98861, pp. 162-163

Visites 108

Toutes les revues