CONFÉRENCE : SÉMINAIRE NASSE - MARCHÉ BIFACE - EXTERNALITÉS - CONCENTRATION - PRIX

Les marchés "biface" (Séminaire Nasse - Paris, 13 décembre 2012)

Créé à la fin des années 1980 au sein de la Direction de la Prévision, le séminaire Philippe Nasse s’est d’abord appelé « séminaire d’économie industrielle » puis « séminaire Concurrence ». Il est, depuis quelques années, co-organisé par la DGTrésor et l’Autorité de la concurrence, d’abord sous le nom de séminaire « DGTPE-Concurrence » et enfin depuis janvier 2009 sous le nom actuel de « séminaire Philippe Nasse ». Le principe consiste à présenter et à confronter les points de vue d’un économiste et d’un juriste sur un sujet d’intérêt commun ayant trait aux questions de concurrence. De fait, le juge fait de plus en plus appel à l’économiste pour caractériser les atteintes à la concurrence et essayer d’en quantifier les effets, tandis que l’économiste doit prendre en compte un droit et une jurisprudence en plein développement dans son analyse du fonctionnement des marchés. Les séances réunissent donc un économiste et un juriste qui, après une présentation générale, confrontent leurs avis sur un cas pratique (décision de justice, avis d’une autorité…).

Lors du dernier séminaire, organisé le 13 décembre 2012, Patrick Rey (Professeur d’économie à l’Université de Toulouse-TSE) et Jérôme Philippe (Avocat à la Cour, Freshfields Bruckhaus Deringer) ont débattu sur le thème des marchés biface. L’étude de cas a porté sur la décision 11-D-11 du 7 juillet 2011 de l’Autorité de la concurrence relative à des pratiques mises en œuvre par le Groupement des Cartes Bancaires. La séance a été animée par Thibaud Vergé, Chef économiste de l’Autorité de la concurrence.

Introduction de THIBAUD VERGÉ Les marchés biface reposent sur des plateformes ou intermédiaires qui mettent en relation différents types d’acteurs interagissant entre eux. On peut penser par exemple aux agences immobilières : celles-ci attirent d’autant plus les vendeurs qu’elles pourront leur présenter un grand nombre d’acheteurs potentiels, tandis que les acheteurs seront d’autant plus attirés par une agence que celle est susceptibles de leur proposer une offre attractive de biens proposés à la vente. La typologie des marchés biface est toutefois assez complexe. Ceux-ci se différencient selon que la transaction se fasse effectivement sur la plateforme ou que cette dernière ne se contente que de mettre acheteurs et vendeurs en relation. Cette distinction pourra notamment avoir des conséquences en

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteurs

  • Toulouse School of Economics
  • Freshfields Bruckhaus Deringer (Paris)
  • ENSAE Paris-Tech

Citation

Patrick Rey, Jérôme Philippe, Thibaud Vergé, Les marchés "biface" (Séminaire Nasse - Paris, 13 décembre 2012), février 2013, Concurrences N° 1-2013, Art. N° 89230, www.concurrences.com

Visites 134

Toutes les revues