FOREWORD : LOW-COST - QUALITY - CONSUMERS - CHOICE - LOWER PRICE - VICTIMS

Mais qui a vraiment peur du low cost ?

Le low cost est souvent présenté comme un modèle qui pénaliserait les consommateurs en réduisant le niveau de qualité des produits et services. Nous défendons ici la thèse inverse selon laquelle le low cost profite en réalité aux consommateurs, en leur permettant de choisir le niveau de qualité qu’ils souhaitent en échange d’un prix plus faible. Les véritables victimes du low cost sont à rechercher du côté des entreprises installées, qui se voient contraintes de redéfinir leur modèle économique pour s’adapter à cette nouvelle donne concurrentielle.

Le low cost a aujourd'hui envahi de nombreux pans de la consommation des ménages, du transport aérien à la distribution alimentaire, en passant par la banque, l'automobile, l'immobilier, l'assurance, la coiffure, la jardinerie, la téléphonie mobile, etc. Pourtant, en dépit de son vif succès commercial, il alimente toujours la critique et le soupçon. Selon ses détracteurs, le low cost relèverait du marché de dupes, de l'illusion d'optique, sacrifiant la qualité des produits sur l'autel du prix bas : par une sorte de ruse de la raison, la principale victime du low cost serait... le consommateur lui-même. Cette vision est pour le moins surprenante. En premier lieu, comment expliquer que les consommateurs adhèrent durablement à ce modèle économique, sauf à considérer qu'ils sont myopes et

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteur

  • French Competition Authority (Paris)

Citation

Emmanuel Combe, Mais qui a vraiment peur du low cost ?, février 2010, Revue Concurrences N° 1-2010, Art. N° 30182, pp. 1-2

Visites 2605

Toutes les revues