FORMATION ECONOMIE ET DROIT DE LA CONCURRENCES, PARIS, 9 DECEMBRE 2009

Pouvoir de marché, monopole et concentrations

La notion de pouvoir de marché constitue un élément fondamental de l’analyse concurrentielle. Dans la pratique, les parts de marché sont souvent utilisées pour mesurer le pouvoir de marché. Bien que celles-ci soient en mesure de donner des indications utiles à ce propos dans certaines circonstances, elles présentent des lacunes importantes dans de nombreux contextes et peuvent donner une impression biaisée du pouvoir de marché. Cet article passe en revue un certain nombre de limitations de l’outil parts de marché rencontrées dans le cadre d’affaires concrètes. Il présente également un éventail d’outils d’analyse permettant d’aller au-delà des parts de marché, tels que l’analyse économétrique de la demande, les études d’appels d’offre, les enquêtes auprès des clients / consommateurs, ou la simulation de fusions.

Ces deux articles reprennent les interventions des auteurs à l’occasion du quatrième séminaire "Economie et droit de la concurrence" initié par la revue Concurrences et dont l’objectif est de former les juristes de droit de la concurrence aux outils de l’économie industrielle afin de donner aux praticiens et futurs praticiens une meilleure compréhension des outils économiques utilisés par les économistes des autorités de concurrence.

Pouvoir de marché, monopole et concentrations : Quelle appréciation au-delà des parts de marché ? Fabien Curto Millet Consultant 1. La notion de pouvoir de marché constitue un élément fondamental de l'analyse concurrentielle. Elle est présente de manière plus ou moins explicite dans des affaires d'abus de position dominante, dans l'appréciation des concentrations, et même de façon sous-jacente dans le cadre d'ententes lorsqu'il est question de leur impact sur le marché. Dans la pratique de l'analyse concurrentielle, le pouvoir de marché est le plus souvent approximé par les parts de marché. Bien que celles-ci soient en mesure de donner des indications utiles sur le pouvoir de marché dans certaines circonstances, elles présentent des lacunes importantes dans de nombreux contextes et peuvent donner

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteurs

Citation

Fabien Curto Millet, Olivier D'Ormesson, Stanislas de Guigné, Pouvoir de marché, monopole et concentrations, février 2010, Revue Concurrences N° 1-2010, Art. N° 30119, www.concurrences.com

Visites 4290

Toutes les revues