EDITORIAL : CRISE FINANCIERE - DROIT ET POLITIQUE DE LA CONCURRENCE

Risque systémique et droit de la concurrence

Faut-il considérer les régulations de marché et les autorités de concurrence comme des outils pour temps de paix économique et les aides publiques, voire les politiques industrielles, comme les seuls outils appropriés aux temps de crise ? Avec l’approfondissement de la crise, on constate que le premier réflexe de tout gouvernement est de mettre entre parenthèses les règles de la concurrence, de protéger son industrie domestique, voire de tirer partie de la crise pour gagner un avantage concurrentiel illusoire...

Faut-il considérer les régulations de marché et les autorités de concurrence comme des outils pour temps de paix économique et les aides publiques, voire les politiques industrielles, comme les seuls outils appropriés aux temps de crise ? Avec l'approfondissement de la crise, on constate que le premier réflexe de tout gouvernement est de mettre entre parenthèses les règles de la concurrence, de protéger son industrie domestique, voire de tirer partie de la crise pour gagner un avantage concurrentiel illusoire. Limiter des importations en invoquant des clauses de dumping, réserver ses garanties financières à ses nationaux, prêter aux banques autochtones à des conditions avantageuses relève d'une seule et même logique : face à la crise, la protection est supérieure à l'ouverture, l'identité nationale

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteur

Citation

Elie Cohen, Risque systémique et droit de la concurrence, février 2009, Concurrences N° 1-2009, Art. N° 23269, pp. 1-2

Visites 3843

Toutes les revues