CHRONIQUE : PRATIQUES UNILATERALES - ENTENTE - ABUS DE POSITION DOMINANTE - TRANSPORT DE PASSAGERS - MESURES CONSERVATOIRES

Transport : Le Conseil de la concurrence estime que les moines cisterciens de l’île Saint Honorat n’ont pas méconnu le droit de la concurrence en réservant la desserte maritime de l’île à une entreprise qu’ils contrôlent (Congrégation cistercienne de l’Immaculée Conception)

Comment, lorsque la demande de visiteurs est sans commune mesure avec les capacités d'accueil d'un site protégé, gérer de façon optimale le flux des visiteurs ? Par l'instauration d'un monopole de fait dans le transport des visiteurs vers ledit site protégé ? Par la mise en place d'une concurrence entre les compagnies de transport régulée par la mise en place d'une stricte politique de quota ? Telle était en substance la question posée au Conseil de la concurrence par la saisine introduite par une société de transport maritime de passagers, la Trans Côte d'Azur, demandant au Conseil de constater que la Congrégation cistercienne de l'Immaculée Conception (CCIC) et la société Planaria avaient, en organisant une desserte maritime en monopole de l'île de Saint-Honorat, participé, avec l'État et la commune

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Version PDF

Auteur

  • L’actu-concurrence (Paris)

Citation

Alain Ronzano, Transport : Le Conseil de la concurrence estime que les moines cisterciens de l’île Saint Honorat n’ont pas méconnu le droit de la concurrence en réservant la desserte maritime de l’île à une entreprise qu’ils contrôlent (Congrégation cistercienne de l’Immaculée Conception), 8 novembre 2005, Concurrences N° 1-2006, Art. N° 54702, www.concurrences.com

Visites 69

Toutes les revues