ALERTS: UNILATERAL PRACTICES - EUROPEAN UNION - PAY FOR DELAY - ANTICOMPETITIVE OBJECT / EFFECT - ABUSE OF DOMINANT POSITION

Pay for delay: The Court of Justice of the European Union sets out in detail the conditions under which an pay for delay agreement constitutes a restriction of competition by object or effect and how its conclusion can be analysed as an abuse of a dominant position (Generics - UK)

Huit jours seulement après que l’avocate générale Juliane Kokott a présenté ses conclusions dans l’affaire C-307/18 (Generics (UK) e.a), la Cour de justice de l’Union européenne vient donc de rendre, ce 30 janvier 2020, dans un temps record, son arrêt dans la même affaire. Aux termes du présent arrêt — tout à fait en ligne avec les conclusions de son avocate générale —, la Cour entend faire œuvre pédagogique en expliquant dans le détail les conditions dans lesquelles — c’est-à-dire en pratique les éléments du contexte dans lequel il s’inscrit — un accord de report de l’entrée (Pay for Delay) constitue une restriction de la concurrence par objet ou par effet et sa conclusion s’analyse en un abus de position dominante. La présente affaire fait suite à une demande de décision préjudicielle formée par le Competition

Access to this article is restricted to subscribers

Already Subscribed? Sign-in

Access to this article is restricted to subscribers.

Read one article for free

Sign-up to read this article for free and discover our services.

 

PDF Version

Author

  • L’actu-concurrence (Paris)

Quotation

Alain Ronzano, Pay for delay: The Court of Justice of the European Union sets out in detail the conditions under which an pay for delay agreement constitutes a restriction of competition by object or effect and how its conclusion can be analysed as an abuse of a dominant position (Generics - UK), 30 January 2020, Concurrences N° 2-2020, Art. N° 93118, www.concurrences.com

Visites 464

All reviews