CASE COMMENTS: MERGERS – ADMISSIBILITY – APPEAL

Acts of "Soft law": The French Supreme Administrative Court outlines that any position statement of the French Authority that could have significant economic effects can be challenged in Court (Numéricable)

Le Conseil d’État a rendu le 21 mars 2016 deux arrêts de principe sur la question de la recevabilité des recours exercés à l’encontre d’actes dits de “droit souple” adoptés par des autorités administratives indépendantes. Une de ces deux affaires concernait l'interprétation d’une injonction faite au Groupe Canal Plus (“GCP”) par l’Autorité de la concurrence dans la décision n° 12-DCC-100 du 23 juillet 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de TPS et CanalSatellite par Vivendi et Groupe Canal Plus. Cette injonction imposait à GCP de “valoriser de manière transparente et distincte la distribution sur chaque plateforme propriétaire [de droits de diffusion] en identifiant de manière précise la valeur, le cas échéant, de l’exclusivité accordée pour la distribution sur chaque plateforme en cause”. La

Access to this article is restricted to subscribers

Already Subscribed? Sign-in

Access to this article is restricted to subscribers.

Read one article for free

Sign-up to read this article for free and discover our services.

 

PDF Version

Authors

Quotation

Olivier Billard, Guillaume Fabre, Acts of "Soft law": The French Supreme Administrative Court outlines that any position statement of the French Authority that could have significant economic effects can be challenged in Court (Numéricable), 21 March 2016, Concurrences Review N° 2-2016, Art. N° 79461, pp. 143-144

Visites 178

All reviews