CASE COMMENTS: RESTRICTIVE PRACTICES - NON-COMPETITION CLAUSE - FINANCIAL CONSIDERATION

Non-competition clause: The French Supreme Court decides to stay the proceedings and to refer the case to the administrative courts in order to assess the legality of the art. R. 242-65 of the Code Rural (Mme X…)

Le revirement de jurisprudence opéré par l’arrêt Barbier, le 10 juillet 2002, n’a pas fini de faire parler de lui. Après avoir provoqué ipso facto l’invalidation de toutes les clauses de non-concurrence conclues sous l’empire de la jurisprudence antérieure (Cass. soc., 17 décembre 2004, Bull. civ. V, no 436), il provoque désormais des conflits de sources. Un médecin vétérinaire est engagé comme salarié à compter du 23 août 2004. À l’origine, les contrats de travail sont conclus à durée déterminée. Puis, la salariée réussit à obtenir la conclusion d’un contrat de travail à durée indéterminée comportant une clause de non-concurrence dépourvue de contrepartie financière. Quelques années plus tard, la salariée décide de démissionner et d’ouvrir sa propre clinique vétérinaire sans se préoccuper de la clause de

Access to this article is restricted to subscribers

Already Subscribed? Sign-in

Access to this article is restricted to subscribers.

Read one article for free

Sign-up to read this article for free and discover our services.

 

PDF Version

Author

  • University Littoral-Cote d’Opale (Boulogne/Mer)

Quotation

Valérie Durand, Non-competition clause: The French Supreme Court decides to stay the proceedings and to refer the case to the administrative courts in order to assess the legality of the art. R. 242-65 of the Code Rural (Mme X…), 15 January 2014, Concurrences Review N° 2-2014, Art. N° 65799, pp. 129-130

Visites 123

All reviews