CASE COMMENT - RESTRICTIVES PRACTICES - SUDDEN BREAK OFF OF LONG STANDING RELATIONSHIPS

Break of established commercial relationships: The Courts of Appeal of Paris and Versailles rule on the interpretation of Article L. 442-6 (Galec, Parfums Parour, ADA)

Champ d’application del’interdiction: Vers une interprétation restrictive de l’article L. 442-6

CA Versailles, 18 novembre 2004, S.A. Hepco c/ Sté coopérative de groupement d'achats des centres Leclerc (SC Galec) CA Paris, 1er décembre 2004, Parfums Parour c/ Sté RDW CA Paris, 12 janvier 2005, S.A.R.L Soixante c/ S.A. ADA Dans trois décisions rendues à un mois d'intervalle les unes des autres, les Cours d'appel de Paris et de Versailles ont précisé les conditions relatives à la rupture brutale de relations commerciales établies telles que définies par l'article L.442-6-I-5° du Code de commerce. 1. Dans la première affaire décidée par la Cour d'appel de Paris, le 1er décembre 2004, un fabriquant de parfums, qui avait rompu ses relations commerciales avec un distributeur, s'était vu, par la suite, condamné par le Tribunal de commerce de Paris sur le fondement, notamment, de la rupture

Access to this article is restricted to subscribers

Already Subscribed? Sign-in

Access to this article is restricted to subscribers.

Read one article for free

Sign-up to read this article for free and discover our services.

 

PDF Version

Author

Quotation

Jean-Patrice De La Laurencie, Break of established commercial relationships: The Courts of Appeal of Paris and Versailles rule on the interpretation of Article L. 442-6 (Galec, Parfums Parour, ADA), 18 November 2004, Concurrences Review N° 1-2005, Art. N° 1145, pp. 84-85

Visites 6113

All reviews