Paris

Processus d’acquisition et nouveaux risques : Comment notifier aux autorités de concurrence sans se brûler les doigts ?

Conférence-déjeuner Procédure et droit de la concurrence organisée par la Revue Concurrences en partenariat avec les cabinets Paul Hastings et McKinsey & Company.

Pierre Kirch

Dans le cadre de la table ronde concurrence du cabinet Paul Hastings en partenariat avec la revue Concurrences depuis cinq ans, nous avons fait le choix de nous concentrer sur le contrôle des concentrations après avoir constaté, au cours de ces dernières années, une véritable explosion de ce domaine du droit de la concurrence dans le monde. Aujourd’hui, 134 pays (sur 194) ont un régime de contrôle des concentrations. L’absence d’harmonisation et la grande variété des approches adoptées créent une grande complexité pour les opérateurs économiques. Dans certaines juridictions, notamment dans des pays d’Afrique ou d’Amérique centrale, le contrôle des concentrations repose sur du « droit mou ». A l’inverse, d’autres juridictions ont un système de contrôle des concentrations établi : c’est le cas de l’Union européenne et de ses Etats membres, des Etats-Unis, de la Chine ou encore du Brésil. Ces régimes sont très développés et très complexes, ce qui peut parfois les rendre difficile à appréhender pour les opérateurs économiques.

Photos © Léo-Paul Ridet

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Intervenants