Paris

Décision Logic Immo Seloger.com Quelle analyse des fusions des plateformes électroniques ?

Séminaire Droit & Économie de la Concurrence organisé par la Revue Concurrences en partenariat avec les cabinet McDermott Will & Emery et RBB Economics.

Laurent Ayache

Lors de ce séminaire, deux thèmes principaux sont abordés concernant la décision Seloger.com du 1er février dernier : en premier lieu, les caractéristiques et les spécificités du marché pertinent retenu par l’Autorité, à savoir le marché national des petites annonces immobilières en ligne ; et, en second lieu, les enseignements de l’analyse concurrentielle menée par l’Autorité et qui l’a conduit à autoriser la concentration sans condition.

S’agissant de la définition du marché pertinent, l’analyse conduite par l’Autorité dans sa décision présente au moins deux spécificités et apparaît emplie de « nuances ». En effet, si l’Autorité a défini comme pertinent un marché unique de service des petites annonces immobilières en ligne, il s’agit en réalité - nous dit l’Autorité - d’un marché biface s’articulant avec une face où se rencon trent les annonceurs et la plateforme électronique, et une face où se rencontrent ladite plateforme et les internautes en recherche d’un logement. En outre, si elle a défini ce marché pertinent comme étant un marché national, l’Autorité a considéré, dans le même temps, que l’analyse concurrentielle devait également être menée sur des segments locaux, dont en particulier ceux de l’Ile-de-France et de la région PACA.

Photos © Léo-Paul Ridet

L'accès à cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’accès à cet article est réservé aux abonnés.

Lire gratuitement un article

Vous pouvez lire cet article gratuitement en vous inscrivant.

 

Intervenants

  • French Competition Authority (Paris)
  • RBB Economics (Brussels)
  • McDermott Will & Emery (Paris)