Previous article Next article

See version in english Thibaud VERGÉ, French Competition Authority: An academic at the economic service of the French Competition Authority

INTERVIEW - ADLC - CONTRÔLE - CONCENTRATIONS - ANALYSE ECONOMIQUE - “CATEGORY MANAGEMENT” - OPÉRATEURS - GRANDE DISTRIBUTION - FOURNISSEURS

Thibaud VERGÉ, ADLC : Un universitaire au service économique de l’Autorité de la concurrence

1. L’ADLC s’intéresse beaucoup à la grande distribution. Récemment, elle s’est auto-saisie pour enquêter sur la pratique du “category management” entre les opérateurs de la grande distribution alimentaire et certains de leurs fournisseurs. Par le passé, d’autres autorités de la concurrence se sont également intéressées à cette pratique : la FTC aux États-Unis, la CC au Royaume Uni. Dans quelle mesure l’analyse économique peut-elle jouer un rôle pour identifier l’effet de cette pratique sur le jeu de la concurrence ? Et dans quelle mesure votre équipe sera-t-elle impliquée dans cette investigation ?

2. Vous êtes le nouveau chef économiste de l’Autorité de la concurrence depuis le 1er février 2010. Quel a été votre parcours avant de prendre ces nouvelles fonctions ?

3. Pourriez-vous nous décrire le rôle du service économique au sein de l’ADLC ? Quelles sont les activités principales de ce service ?

4. En règle générale, l’analyse économique joue un rôle grandissant au sein des autorités de concurrence en Europe et à la Commission européenne. En ce qui concerne le rôle de l’analyse économique au sein de l’ADLC, quelles sont vos priorités de développement pour les prochaines années ?

5. Vous succédez à Philippe Choné qui a recruté l’équipe d’économistes dont vous prenez la charge. Quelle est aujourd’hui la taille de cette équipe ? En termes de recrutement, quels sont vos projets sur le court et le moyen terme ?

6. Vous avez été un observateur assidu des évolutions de la politique de la concurrence en France ces dernières années. Quelles ont été selon vous les principales réalisations dans ce domaine ?

7. Selon vous, quels seront les principaux défis de l’ADLC pour les prochaines années ?

8. Comment envisagez-vous les rapports avec les économistes qui interviennent pour le compte des entreprises ? Quels conseils pratiques donneriez-vous à ces économistes pour que leurs études soient appréciées à leur juste valeur ?

9. L’ADLC a publié ses nouvelles lignes directrices relatives au contrôle des concentrations. L’analyse économique est au c ?ur de l’examen sur le fond. Quels aspects de ces lignes directrices vous semblent néanmoins susceptibles de pouvoir faire l’objet de possibles améliorations ?

10. Vos travaux académiques portent essentiellement sur les relations verticales, et en particulier sur les accords de distribution. En tant qu’expert, quel regard portez-vous sur le fait que les prix de revente soient toujours qualifiés de restrictions caractérisées dans le projet de révision du règlement communautaire concernant les restrictions verticales ?

11. Au cours de ces dernières années, l’ADLC et le Conseil de la concurrence qui l’a précédée ont été très actifs en matière de restrictions verticales. Si aujourd’hui l’ADLC permet à l’organisateur d’un réseau de distribution sélective de réserver la vente sur internet aux membres de son réseau, elle ne tolère pas que l’organisateur puisse limiter la liberté commerciale de ses distributeurs. L’ADLC s’est notamment positionnée très clairement en estimant que toute clause visant à interdire la vente sur internet par principe est une restriction caractérisée. Quel est votre avis sur la question ?

Interview réalisée par Benoît Durand, RBB Economics, Londres.

Depuis février 2010 Chef économiste de l'Autorité de la concurrence 2005-2010 Chercheur, Laboratoire d'économie industrielle du CREST, INSEE 2008-2009 Senior Consultant/Academic Associate, CRA Charles River Associates 2006-2010 Enseignant associé, ENSAE, École Polytechnique, Université de Lausanne 2002-2005 Enseignant-chercheur, Université de Southampton 2000-2002 Enseignant-chercheur, Université de Bristol Interview Vous êtes le nouveau chef économiste de l'Autorité de la concurrence depuis le 1er février 2010. Quel a été votre parcours avant de prendre ces nouvelles fonctions ? Mon parcours fut essentiellement académique. À la fin de mon doctorat effectué à l'Université de Toulouse, je suis parti pour l'Angleterre où j'ai travaillé comme enseignant-chercheur à l'Université de Bristol

Access to this article is restricted to subscribers

Already Subscribed? Sign-in

Access to this article is restricted to subscribers.

Read one article for free

Sign-up to read this article for free and discover our services.

 

PDF Version

Author

Quotation

Thibaud Vergé, Thibaud VERGÉ, ADLC : Un universitaire au service économique de l’Autorité de la concurrence, May 2010, Concurrences Review N° 2-2010, Art. N° 31029, pp. 7-11

Visites 2131

All reviews