See version in english Maverick et abuse of dominant position

Paris

Maverick et abus de position dominante

Petit-déjeuner Droit & Économie organisé par la Revue Concurrences en partenariat avec Iliad, Fréget – Tasso de Panafieu et RBB Economics

Maxime Lombardini

L’entrée d’un maverick sur le marché français des télécoms

Les quinze dernières années sont marquées par la réussite de l’ouverture à la concurrence, mais il faut rester vigilant car le retour en arrière peut être rapide

Au début des années 2000, le marché français des télécoms était dominé par un acteur ultrapuissant. Aujourd’hui s’y affrontent quatre acteurs en bonne santé globalement, même si l’un d’entre eux l’est moins, essentiellement en raison du choix il y a dix ans d’abandonner le marché de la téléphonie fixe). La couverture mobile, notamment pour la 4G, est bonne en France : les obligations de couverture sont élevées, les prix assez bas. La pénétration du numérique est très bonne alors qu’Internet suscitait à l’origine plutôt de la méfiance.

Ce succès est dû à une régulation volontariste et à la présence d’un maverick qui a essayé de se poser de manière agressive en termes de prix et de simplicité des offres : Free a aujourd’hui 16 millions de clients avec seulement quatre offres. Free a réalisé des investissements progressivement : l’entreprise a commencé avec des offres de gros, et puis a rapidement construit son réseau, travail qui continue aujourd’hui, notamment avec la fibre. L’obtention de la quatrième licence télécom était vitale au vu de la nécessité d’une intégration des offres fixe-mobile. Les bénéfices de la concurrence sur le marché mobile en ont été très importants. Il y a trois ans, certains économistes prévoyaient un effondrement des investissements en raison de l’entrée d’un nouvel opérateur. Cela ne s’est pas produit, l’investissement est au plus haut. Si la 4G s’est développée aussi vite (70 % de la population couverte en dix-huit mois), c’est grâce à la concurrence induite par ce changement. Par ailleurs, l’emploi direct dans le secteur est stabilisé depuis 2009.

Photos © Léo-Paul Ridet.

Access to this article is restricted to subscribers

Already Subscribed? Sign-in

Access to this article is restricted to subscribers.

Read one article for free

Sign-up to read this article for free and discover our services.

 

Speakers