See version in english Competition in the transport sector — What’s new since the liberalization?

Paris

Concurrence dans le secteur des transports : quoi de neuf depuis la libéralisation ?

Petit-déjeuner Droit & Économie organisé par la Revue Concurrences en partenariat avec ARAF, Fréget — Tasso de Panafieu et Compass Lexecon.

Charlotte Tasso de Panafieu

L’actualité dans le secteur des transports porte essentiellement sur la libéralisation en cours des marchés du rail et de l’autocar. Nous nous limiterons à deux thèmes : celui des enjeux de la libéralisation proprement dite, et celui des enjeux liés à l’intermodalité, dont dépend probablement beaucoup le succès de ce mouvement de libéralisation. En effet, ce dernier est très ralenti en ce qui concerne le transport de voyageurs par rail, si bien que la libéralisation s’est faite par le côté, c’est-à-dire par le car, soulevant ainsi ces questions d’intermodalité.

  • Libéralisation et opérateur dominant

Anne Yvrande-Billon

Du fait de la lenteur du processus de libéralisation dans le secteur ferroviaire, il est plus vraisemblable de parier sur le développement de la concurrence intermodale pour stimuler les transports collectifs

La libéralisation dans le secteur ferroviaire est un processus particulièrement lent, pas seulement en France. L’ouverture à la concurrence s’est faite sur le marché français en 2003 pour le fret international et en 2006 pour le fret national. Cela s’est traduit par une augmentation très rapide des parts de marché des nouveaux entrants (près de 40 % aujourd’hui, répartis entre 21 entreprises). Le transport international de voyageurs est ouvert à la concurrence depuis 2010, mais les parts de marché des nouveaux acteurs restent extrêmement faibles.

Photos © Léo-Paul Ridet.

Access to this article is restricted to subscribers

Already Subscribed? Sign-in

Access to this article is restricted to subscribers.

Read one article for free

Sign-up to read this article for free and discover our services.

 

Speakers